Contenu principal

Notion d'accident

Il s'agit d'une traduction automatique!

 

Contenu 

 

Examen de la notion d'accident

Disposition légale

Facteur extérieur inhabituel

Facteur extérieur inhabituel en cas d'accident de sport en particulier

Soudaineté

Sous-menus > Jurisprudence alphabétique en ordre francophone

Systèmes experts: Notion d'accident et de lésion corporelle assimilée à un accident

  • Cette application évalue si la notion d'accident est remplie ou s'il existe une lésion corporelle assimilée à un accident couverte.

Liens internes > Thèmes apparentés

Examen de la notion d'accident

Disposition légale

Notion d'accident

Art. 4 LPGA

 

L'accident est la

sur le corps humain, qui entraîne une atteinte à la santé physique, mentale ou psychique ou la mort.

Facteur extérieur inhabituel

Principe du facteur extérieur inhabituel

Arrêt 8C_24/2022 du 20.09.2022 consid. 3.2 (texte intégral)

 

La caractéristique du facteur extérieur inhabituel peut notamment consister en un mouvement non coordonné. En ce qui concerne les mouvements corporels, le principe est que l'exigence d'une influence extérieure n'est remplie que si une circonstance liée au monde extérieur a influencé le déroulement naturel d'un mouvement corporel de manière pour ainsi dire "non programmée". Dans le cas d'un tel mouvement non coordonné , le facteur extérieur inhabituel doit être admis ; en effet, le facteur extérieur - modification entre le corps et le monde extérieur - est en même temps un facteur inhabituel en raison du caractère contraire au programme mentionné (ATF 130 V 117 consid. 2.1; arrêt 8C_586/2020 consid. 3.3 ; 8C_671/2019 consid. 2.3).

 

C'est le cas, par exemple, lorsque la personne assurée

  • trébuche, glisse
  • ou si elle se cogne contre un objet,
  • ou si, pour éviter de glisser,
  • adopte ou tente d'adopter une attitude réflexe de défense

(arrêts 8C_783/2013 du 10 avril 2014 consid. 4.2; 8C_749/2008 du 15 janvier 2009 consid. 3.2). En revanche, l'apparition de douleurs en tant que telle ne constitue pas un facteur externe (dommageable) au sens de la jurisprudence (ATF 129 V 466 consid. 4.2.1; arrêt 8C_456/2018 du 12 septembre 2018 consid. 6.3.2).

 

En règle générale, les effets qui résultent de processus quotidiens ne peuvent pas être considérés comme la cause d'une atteinte à la santé (ATF 134 V 72 consid. 4.1).

 

En outre, il convient de noter que la notion médicale de traumatisme ne se recoupe pas avec la notion d'accident au sens de l 'art. 4 LPGA.

 

Ce qui est donc déterminant, c'est que le facteur extérieur se distingue de la mesure normale des effets de l'environnement sur le corps humain (ATF 134 V 72 consid. 4.3.1; arrêt 8C_231/2014 consid. 2.3).

Capacités individuelles sans importance pour l'évaluation du caractère inhabituel

ATF 134 V 72 du 18.01.2008 consid. 4.3.2 (texte intégral)

 

Selon la doctrine, les capacités individuelles ne sont toutefois pas un critère déterminant pour affirmer ou nier le caractère inhabituel - qui se fonde sur des points de vue objectifs.

Élément exogène nécessaire dans le cadre du facteur inhabituel

Arrêt 8C_842/2018 du 06.05.2019 consid. 3.3.1 (texte intégral): Délimitation avec la maladie

 

La caractéristique conceptuelle de l'inhabituel a été développée pour exclure de la notion d'accident les "milliers de petits et minuscules accidents de la vie quotidienne qui, en tant que tels, sont totalement incontrôlables et ne doivent donc être pris en compte qu'en cas de survenance d'un événement particulier". La caractéristique de l'inhabituel fait de l'événement quotidien un événement unique. En règle générale, les effets résultant de processus quotidiens ne peuvent pas être considérés comme la cause d'une atteinte à la santé.

 

Si la cause se trouve uniquement à l'intérieur du corps, il y a maladie. Le simple déclenchement de l'atteinte à la santé par un facteur extérieur n'y change rien; l'accident présuppose au contraire que l'élément exogène soit si inhabituel qu'une cause endogène n'entre pas en ligne de compte (ATF 134 V 72 consid. 4.1 p. 76 s. avec renvois; cf. en outre l 'arrêt 8C_189/2010 du 9 juillet 2010 consid. 3.4).

Besoin accru de délimitation en l'absence d'un facteur exogène avéré

Arrêt 8C_589/2021 du 17.12.2021 consid. 5.2 (texte intégral): Evénements supplémentaires

 

Il existe un besoin accru de délimitation lorsque l'atteinte à la santé peut, de par sa nature, avoir d'autres causes qu'une action nocive soudaine, et ne permet donc pas une attribution certaine au facteur exogène. Ainsi, une action sans tendance évidente à causer des dommages ne devient dangereuse que par l'apparition d'un événement supplémentaire.

  • l'adjonction d'un événement supplémentaire.

Un tel événement supplémentaire - et avec lui la caractéristique du facteur extérieur inhabituel au sens d'une perturbation du déroulement normal du mouvement - est présent

  • dans le cas d'un skieur qui, sur une piste de bosses, glisse sur un endroit verglacé sans tomber, aborde ensuite une bosse de manière incontrôlée, est soulevé et heurte durement le sol avec une position tordue du haut du corps,

mais pas,

  • si une hernie discale se produit en skiant sur une piste raide et bosselée et en se comprimant dans un creux de vague.

Négligence grave à la lumière d'un facteur extérieur inhabituel

Arrêt 8C_842/2018 du 06.05.2019 consid. 4.4.1 (texte intégral)

 

Une consommation importante d'alcool n'exclut pas le caractère inhabituel du facteur extérieur. L'alcoolisation considérable devrait éventuellement être prise en compte dans le cadre de l 'art. 37 al. 2 LAA.

Facteur extérieur inhabituel dans les accidents de sport en particulier

Un événement particulier est également nécessaire en cas de blessure sportive

Arrêt 8C_24/2022 du 20.09.2022 consid. 5.2 (texte intégral)

 

Le caractère inhabituel, et donc l'existence d'un accident, doit toutefois être nié même en cas de blessure sportive sans incident particulier (cf. ATF 130 V 117 consid. 2.2; arrêt 8C_835/2013 consid. 5.1; arrêt 8C_570/2019 du 8 novembre 2019 consid. 3.2).

Largeur de bande habituelle du modèle de mouvement

Arrêt 8C_835/2013 du 28.01.2014 consid. 5.1 (texte intégral)

 

Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, le caractère inhabituel sans incident particulier doit donc également être nié en cas de blessure sportive (ATF 130 V 117 consid. 2.2 p. 118; non publié dans ATF 130 V 380 consid. 3.2 de l'arrêt U 199/03 du 10 mai 2004; arrêt 8C_189/2010 du 9 juillet 2010 consid. 3.3).

 

Le facteur extérieur n'est inhabituel que si,

  • lorsqu'il ne se situe plus - selon un critère objectif - dans le cadre de ce qui est courant et habituel pour le domaine de vie concerné,

mais pas,

  • lorsqu'un événement s'inscrit dans la gamme habituelle des modèles de mouvements du sport concerné

(cf. ATF 130 V 380 non publié, consid. 4.2 de l'arrêt U 199/03 du 10 mai 2004; arrêts 8C_693/2010 du 25 mars 2011 consid. 5; 8C_186/2011 du 26 juillet 2011 consid. 5; 8C_189/2010 du 9 juillet 2010 consid. 5.1).

L'exercice se déroule différemment de ce qui était prévu, risque non inhérent

Arrêt U 322/02 du 07.10.2003 consid. 4.4 (texte intégral)

 

Lors d'activités sportives, on ne peut admettre un accident au sens juridique du terme que si l'exercice sportif se déroule autrement que prévu.

 

En revanche, si le risque de blessure inhérent à un exercice sportif se réalise, il n'y a pas d'accident de ce type.

 

Un tel cas de figure doit également être nié,

  • lorsque l'exercice ne se déroule pas de manière idéale,
  • La manière d'exécuter l'exercice se situe toutefois encore dans la fourchette de ce qui est habituel dans le sport concerné.

Soudaineté

Principe de soudaineté avec deux exemples

Arrêt 8C_842/2018 du 06.05.2019 consid. 3.3.3 (texte intégral)

 

Le critère de soudaineté fixe un cadre temporel. L'effet dommageable ne doit certes pas être limité à un simple instant, mais il doit se produire dans un laps de temps relativement court et délimitable. Jusqu'à présent, la jurisprudence n'a pas fixé de durée maximale. L'effet doit avoir débuté soudainement et être unique (ATF 140 V 220 consid. 5.1 avec références; arrêt 8C_39/2014 du 12 novembre 2014 consid. 4.2).

 

Certes, l'effet dommageable ne doit pas se limiter à un simple instant. Si l'effet dure plus de quelques secondes, il faut qu'il s'agisse d'un facteur extérieur unique, l'atteinte à la santé ne résultant donc pas simplement de la somme d'effets répétitifs (mais inoffensifs en soi) de facteurs extérieurs toujours identiques.

 

La notion d'accident est rejetée en raison de l'absence de soudaineté:

  • La notion d'accident a été niée dans le cas d'une souffleuse chez qui l'ensemble des nuisances sonores pendant une représentation d'opéra avait entraîné une lésion de l'ouïe qui ne pouvait pas être attribuée à un seul coup de timbale (RKUV 2006 n° U 578, U 245/05 E. 2.4).
  • Les deux facteurs d'anormalité et de soudaineté ont en outre été niés dans le cas d'une personne assurée qui avait été exposée pendant plusieurs minutes à des coups de gong et de tambour (10-15 minutes de coups de gong, puis encore quelques minutes de coups de tambour ; arrêt U 26/00 du 21 août 2001 consid. 2b).

Ebouillantage de la peau dans le cas présent :

  • La température inhabituellement élevée de l'eau fait de cet événement banal un incident unique.

Introduction répétée de substances

Arrêt 8C_494/2013 (BGE 140 V 220) du 22.04.2014 (texte intégral)

 

Faits:

  • La prise d'alcool, de médicaments et de drogues entraîne une intoxication mixte avec défaillance multiorganique.

Résultat:

  • Suite à l'administration répétée de substances, le critère de soudaineté n'est pas rempli.

Intoxication au gaz / Irradiation

Arrêt U 32/07 du 14.06.2007 consid. 2 (texte intégral)

 

Soudaineté remplie:

  • L'exposition à un facteur nocif (intoxication au gaz, irradiation, etc.) est considérée comme un accident si l'atteinte à la santé s'est produite sur une période relativement courte et qu'il s'agit d'un seul facteur extérieur.

La soudaineté n'est pas remplie:

  • L'atteinte à la santé ne doit pas résulter de l'action répétée de facteurs externes toujours identiques.